Blogging about city breaks

ISTANBUL



"Les rayons du soleil se reflètent sur les innombrables dômes d'Istanbul 
et viennent parfois vous éblouir. Vous vous arrêtez, vous contemplez la ville, 
et vous sentez monter un léger sourire. Le paysage urbain a beau être chaotique et rude, 
les dômes restent paisibles et imperturbables."

Elif Shafak (Istanbul Contrast, 2013)



R i v e E u r o p é e n n e   .   R i v e A s i a t i q u e



RIVE EUROPÉENNE.

PALAIS DE DOLMABAHÇE.
__________

Istanbul, c'est une ville magique, une capitale culturelle qui vit au rythme des richesses ottomanes et des palais ciselés… Le Palais de Dolmabahçe - tout de marbre blanc - en est l'un des plus beaux témoignages et met en lumière le génie de la dynastie Balyan et des architectes arméniens qui avaient régné durant un siècle sur la construction à Istanbul. Inspiré de l'architecture européenne, il mêle les styles renaissance italienne et néobaroque. C'est d'ailleurs le célèbre décorateur Charles Séchan qui, après avoir réalisé les décors de l'Opéra Garnier à Paris, avait supervisé les travaux, introduisant le mobilier européen à la cour ottomane. Bordé d'un quai de 600m sur le Bosphore, le Palais de Dolmabahçe fut la résidence impériale des sultans jusqu'à la fin de leur règne, avant de devenir ensuite le palais présidentiel. Du côté des intérieurs, il recèle de nombreux trésors, notamment un sublime lustre de cristal de Bohême, cadeau de la reine Victoria.

Porte du Palais de Dolmabahçe face au Bosphore


MOSQUÉE DE DOLMABAHÇE.
__________

Petite pépite du quartier de Besiktas, la Mosquée de Dolmabahçe avait été commandée par la sultane Bezmialem - femme du sultan Mahmoud II - avec l'intention de faire rayonner le style Empire de l'architecture ottomane. Après son décès, son fils, le sultan Abdülmecid Ier avait continué de financer le projet, ce qui a permis à cette mosquée aux allures de petit palais de voir le jour en 1855. 

Mosquée de Dolmabahçe


SOHO HOUSE.
_________

Après un vif succès en Angleterre, aux États-Unis, en Europe et même à Mumbai et Hong-Kong, l'hôtel Soho House s'est installé à Istanbul dans un quartier où mystère romantique et modernité effrénée continuent de produire un charme unique. Et c'est l'un des plus bel édifice italien de la région qui a été désigné comme adresse: le Palazzo Corpi, ancien palais d'un riche marchand génois en 1830 puis, Consulat des États-Unis de 1906 à 2003. Aujourd'hui les hauts murs de sécurité sont tombés et l'imposante façade néoclassique en marbre blanc avec ses arcs et ses colonnes corinthiennes peut enfin être admirée de tous. C'est au décorateur James Waterworth que l'hôtel a confié le palais aux plafonds hauts, multiples cheminées et murs recouverts de fresques anciennes. S'inspirant de l'héritage italien, il a créé une série d'espaces intimes aux couleurs chaudes afin de contraster avec le marbre et, n'a pas manqué non plus d'imaginer un havre de paix rayé jaune et blanc sur le rooftop. Les chambres sont elles installées à quelques mètres dans un cube de verre où style et élégance sont les mots d'ordre. La Soho House s'inscrit dans l'histoire du quartier qui a vu naître les premiers hôtels de luxe à l'époque où les passagers de l'Orient Express faisaient une escale à Constantinople. Depuis, le district est resté extrêmement animé grâce à ses musées, ses instituts d'art, ses innombrables restaurants ouverts tard le soir et ses night clubs. Speaking of that, la palme de la meilleure soirée revient à l'hôtel qui accueille dans son bâtiment historique les membres du club (et résidents de l'hôtel) pour des soirées privées, tendances, tamisées, électroniques et un brin secrètes (photos interdites, téléphones éteints)...

Façade de l'hôtel Soho House

Salle de lecture de la dépendance de l'hôtel Soho House


KARAKÖY.
__________

Istanbul est contemporaine, bouillonnante et créative mais aussi une capitale gastronomique et artistique à part entière. Sur la scène de l'art contemporain, elle tutoie calligraphie ancienne et questions politiques, notamment dans le quartier tendance et bohème de Karaköy. Autrefois appelé Galataport, il se résumait à de vieux entrepôts - l'un d'eux est d'ailleurs devenu le musée d'art contemporain Istanbul Modern. Aujourd'hui de nombreux restaurants et cafés branchés y ont élu domicile et le quartier regorge de concept stores ainsi que d'ateliers. Les artistes, stylistes et créatifs ont choisi de vivre dans ce district où il est facile de rencontrer des créateurs de nouvelles tendances et de vivre au milieu de galeries d'art et de murs couverts de beaux graffitis.



KILIMANJARO.
__________

Création du chef cuisinier Mustafa Otar et du studio de design Otoban, le Kilimanjaro surfe sur la vague de la cuisine méditerranéenne, dans sa carte mais aussi dans sa structure architecturale surplombant le bar central. Installé au coeur du complexe de Bomontiada, le restaurant propose une sélection de plats gastronomiques pensés avec des produits locaux et de saison. Les pépites du menu sont bien sur le houmous aux noisettes à partager et (sans surprise) les boulettes! Ambiance au rendez-vous, que ce soit en terrasse sous les étoiles ou, en intérieur, autour du majestueux bar.

Bar du restaurant Kilimanjaro


AHESTE.
__________

Ouvert de plain-pied dans une rue pavée tendance de GalataAheste - qui signifie "lent" en ottoman - joue la carte du slow food avec sérieux: pain cuit sur place, légumes provenant des marchés bios, épices de la région d'Antakya, bouquets de fleurs sauvages sur les tables, récipients en terre cuite, tout dans le restaurant respecte le cycle des saisons et de la nature. Avec une dizaine de tables, des carreaux de céramique au sol et un arbre éclairé qui décore la façade, Aheste invite ses visiteurs à prendre le temps. La propriétaire des lieux, turco-iranienne, a imaginé des recettes uniques inspirées de ses origines: riz pilaf aux fruits secs, fromages & noisettes, falafels, boulettes de boeuf, houmous… Tout, tout, tout est validé.



ALI OCAKBASI GUMUSSUYU.
__________

Il y a deux bonnes raisons de choisir Ali Ocakbasi Gumussuyu pour le déjeuner: la terrasse ensoleillée avec vue et le kebab traditionnel. Et même si par vue on entend grimper une cote légèrement raide pour pouvoir prendre de la hauteur et, si par kebab on annonce que vous allez hésiter longtemps entre les dix recettes à la carte, le restaurant ne pourra que vous plaire. Nous, on a opté pour des petites entrées traditionnelles et pain soufflé ainsi que pour le kebab de boeuf et agneau à la pistache, un sans faute!

Entrées au restaurant Ali Ocakbasi Gumussuyu



RIVE ASIATIQUE.

MOSQUÉE DE SOLIMAN LE MAGNIFIQUE.
_________

Dominant la Corne d'Or avec ses dômes en cascade et ses quatre minarets, la Mosquée de Soliman Le Magnifique est considérée comme l'une des plus belles mosquées impériales d'Istanbul et s'élève à l'emplacement autrefois occupé par Eski Saray, la résidence des sultans avant qu'ils ne s'installent au Palais de Topkapi. La grandeur et la beauté de l'édifice nous met une fois de plus face aux talents du Grand Sinan qui n'a cessé de prouver être à la hauteur des demandes de son souverain, Soliman le Magnifique. La construction de l'édifice lui aura demandé sept années, soit autant de temps que pour Ayasofya. La mosquée est entourée d'une vaste esplanade et d'un complexe qui comportait à l'époque un hôpital, des écoles coraniques, un hammam et un mausolée dans lequel reposent Soliman le Magnifique et son épouse Roxelane (le tombeau le plus impressionnant jamais construit par Sinan).

Vue sur la Mosquée de Soliman le Magnifique depuis la rive européenne


MOSQUÉE BLEUE.
_________

Icône du 17° siècle, la Mosquée Bleue est un édifice monumental dont les six minarets élancés se dressent face à Ayasofya. Témoignage de l'Empire ottoman, le sultan Ahmed Ier avait ordonné sa construction après des campagnes militaires désastreuses afin d'apaiser la colère d'Allah et offrir une version du paradis. Dernière construite des grandes mosquées impériales, elle fut élevée entre 1609 et 1616 par Mehmet Aga afin de symboliser la grandeur du sultan Ahmed Ier. À l'intérieur, 260 panneaux de vitrail laissent filtrer une lumière surnaturelle tandis que les murs tapissés de faïence d'Iznik - 20 000 carreaux - resplendissent de mille tons de bleu, ce qui a valu à l'édifice son nom.

Vue sur la Mosquée Bleue depuis Sainte-Sophie


SAINTE SOPHIE.
__________

Nombreux sont ceux qui considèrent Sainte-Sophie - Ayasofya - comme le plus grand chef d'oeuvre de l'architecture byzantine avec son immense coupole centrale de 31m de diamètre et 55m de hauteur qui surplombe la vaste nef. Elle avait été construite au 4° siècle sur ordre de l'empereur byzantin Justinien. Après la conquête de Constantinople en 1453 par le sultan Mehmed II, l'église avait été transformée en mosquée. Des minarets avaient été ajoutés et des images saintes étaient venues orner les murs. Le site, se trouvant en plein cœur de l'Empire, accueillait toutes les cérémonies importantes jusqu'en 1935. C'est Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République de Turquie qui laïcisa non seulement le pays mais aussi Sainte-Sophie et la transforma en musée.

Coupole de Sainte-Sophie


PALAIS DE TOPKAPI.
__________

Véritable ville dans la ville, le Palais de Topkapi a été construit en 1459, puis agrandi au fil des années jusqu'en 1840. Il a abrité la résidence impériale pendant 4 siècles jusqu'à ce que le sultan Abdülmecid Ier décide de transférer la cour dans le Palais de DolmabahçeLe palais des sultans était également le cœur administratif et gouvernemental de l'Empire ottoman. Jusqu'à 4 000 personnes vivaient dans cet immense complexe qui abrite de magnifiques bâtiments historiques aujourd'hui inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO comme l'église byzantine Sainte-Irène, le harem, le hammam, les cuisines impériales, la salle du trône ainsi que les pavillons. Ces derniers sont répartis autour de quatre jardins fermés à l'atmosphère presque magique tellement ils sont coupés du monde extérieur. Au fil des siècles, le palais avait subit de nombreuses modifications suite aux différents réaménagements selon les goûts des sultans, la plus importante étant celle de 1924 lorsque Mustafa Kemal Atatürk décidait de le transformer en musée.

Pavillon du quatrième jardin du Palais de Topkapi


CITERNE-BASILIQUE.
__________

Également connue sous le nom de "Palais englouti", la Citerne-Basilique date du règne de l'empereur Constantin. Grâce au travail des ingénieurs de l'empereur Valens, elle approvisionnait toute la ville d'Istanbul en eau - acheminée au moyen d'un aqueduc monumental achevé au 4° siècle. Conçue pour permettre à la ville de résister en cas de siège prolongé, la citerne a été utilisée jusqu'au 19° siècle. Elle est aujourd'hui un monument unique, impressionnant et conservé dans son état d'origine: 336 colonnes alignées en 12 rangées sont plongées dans l'eau et l'obscurité depuis des siècles. Si le paysage de colonnes vous semble répétitif, cherchez les deux têtes de Méduse sculptées dans la pierre afin d'écarter les influences maléfiques.



KUBBE.
__________

Istanbul c'est l'agitation moderne dans un cadre historique, une ville de contraste, une ville qui permet de remonter le temps, une ville propice à un véritable choc des cultures. Quoi de mieux que prendre de la hauteur pour la contempler... Perdu entre la Mosquée de Soliman le Magnifique et le Grand Bazard, le rooftop Kubbe est le spot incontournable lorsque que l'on pense photos panoramiques. Pour le trouver, rendez- vous à l'intersection de la rue Nasuhiye et du passage Pasa Cami. Ici vous verrez un petit escalier en métal menant à un chemin surélevé (si vous ne le trouvez pas, suivez les mouettes!). Une fois en haut un gardien vous demandera 100 livres turques afin d'accéder au roofop et prendre vos photos.

Chaton sur le rooftop Kubbe


HACI BEKIR.
_________

Fondée en 1777, la maison Haci Bekir a non seulement eu la faveur de générations de sultans, mais a aussi remporté de nombreux prix depuis l'Exposition Universelle de Cologne en 1888. Spécialisé dans la confection de loukoums et de berlingots qui furent parmi les premiers à être colorés et mélangés à des saveurs originales comme la rose ou la cannelle, le confiseur avait révolutionné leur fabrication dès le 18ème siècle en remplaçant la farine par de l'amidon. La tradition perdure aujourd'hui à travers de nombreuses boutiques, une vraie success story turque. Crush absolu sur les loukoums à la noisette!



TERRASSE A'YA.
__________

Alors qu'aujourd'hui la Terrasse A'YA du Four Seasons Sultanahmet offre l'une des plus belle vue d'Istanbul, l'hôtel était à l'époque une prison. Érigée en 1919 dans un style néoclassique national turc, elle avait enfermé de célèbres écrivains, artistes et penseurs durant la période d'oppression. Restaurée en 1970, elle avait été transformée en hôtel et avait révolutionné les codes de l'hôtellerie de luxe. Dans sa cour intérieure, un restaurant niché au coeur d'un jardin luxuriant et fleuri. À son sommet, la Terrasses A'YA, sublime rooftop avec vue directe sur Ayasofya et la Mosquée Bleue. On y sert des spécialités turques à partager et des cocktails redoublant d'imagination... Un break idéal entre deux visites culturelles.

Jardin de l'hôtel Four Seasons Sultanahmet


SIMIT.
__________

Dans les rues d'Istanbul, le simit - pain rond incrusté de graines de sésame - est vendu à presque tous les coins de rue au point de devenir un incontournable au petit déjeuner. L'histoire de ce dernier remonte au 14° siècle lorsque les cuisines des sultans ottomans préparaient ce produit boulanger supposé avoir la couleur de l'or 22 carats. Chaque ville le prépare et le cuit à sa propre manière, selon la tradition locale: plus fin à Ankara, plus croustillant à Izmir... À Istanbul, l'intérêt porté à la street food dépasse la question de la saveur et reflète la mosaïque des cultures englobées par la ville.

Simits


Professional Blog Designs by pipdig